D'autres textes en rapports avec la polyarthrite et l'alimentation sont présents sur le blog:
-jeûne, régime végétarien, polyarthrite rhumatoïde et Proteus mirabilis

-témoignage d'ume malade PR suivant la méthode Seignalet depuis 3 ans
-Polyarthrite rhumatoïde et bactéries intestinales (proteus mirabilis)


alimentation végétarienne dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde

 

 

    On estime que la polyarthrite Rhumatoïde touche 1% des adultes de la population mondiale, mais apprait plus fréquemment avec le vieillissement. Elle est décrite comme une maladie systémique chronique caractérisée par des poussées inflammatoires dans les articulations et les tissus adjacents ce qui aboutie à des déformations invalidantes. L'étiologie est inconnue, mais elle est supposée être une maladie auto-immune. Une enquète italienne englobant 46 693 personnes a noté une corrélation importante entre la consommation de légumes et la diminution de l'incidence de la PR.

     Selon le "national institute of arthritis & musculoskeletar & skin disease", il n'existe pas de preuve scientifiques qu'un seul aliment ou nutriment, à l'exeption des acides gras essentiels, améliore ou aggrave les personnes souffrant de PR. Ils recommandent une alimentation équilibrée et insistent sur des apports adaptés en calories, protéines et calcium. Un prospectus non-protégé en copie peut être téléchargé à www.nih.gov/niams/healthinfo/rahandout/   La fondation d'arthrite recommande un régime selon les points suivants:

  -utiliser la pyramide alimentaire de l'US-DA pour planifier ses repas
  -manger entre 1 et 1,2 grammes de protéines par kilos de poids
-prendre des suppléments en acide folique ( vit. B9) pour ne pas avoir d'effets secondaires avec le methotrexate (le méthotrexate est un anti métabolique qui bloque les réaction nécessaires à la production des précurseurs de la synthèse d'ADN. l'acide folique est déplacé de l'enzyme dihydrofolate reductase par le médicament puis excrété. ce médicament est utilisé à de petites doses dans la PR pour supprimer la réponse immunitaire).

     Comme il n'y a aucun traitement pouvant guérir la PR, les façons de soigner s'attellent à diminuer les symtômes en utilisant des traitements médicamenteux. certains traitements s'attaquent à la douleur, d'autres à l'inflammation. d'autres traitements dits anti-rhumatismaux tentent de ralentir l'évolution de la maladie. Des médicaments comme les corticoïdes (prednisone, methylpresnisolone) sont utilisés dans la PR pour leurs propriétés anti inflammatoires et immunosuppresseurs. Ces médicaments puissants font courrir le risque de l'ostéoporose aux patients. Les patients traités au long court par les stéroïdes peuvent bénéficier de consultations de nutritionnistes pour discuter du rôle du calcium, de la vit. D et des exercices de soulèvement de poids dans le traitement préventif de l'ostéoporose.

 

Eliminations alimentaires

    les personnes souffrant de PR ont fourni des expériences anecdotiques sur le soulagement des symptômes au travers de changements alimentaires. Les déclenchement des symptômes les plus fréquemment rapportés sont liés aux produits laitiers, au maïs, les farines, les citrons, les oeufs, la viande rouge, le sucre, les graisses, le sel, la cafeine, les solénacées (pomme de terre, aubergines, poivrons). Dans le but de tester le déclenchement de symptômes liés à l'alimentation, un protocole d'élimination alimentaire a été suivi en aveugle, avec une étude sur des témoins avec placebo, a montré une amélioration des symptômes de la Polyarthrite rhumatoïde, incluant une période de raideur matinale plus courte et moins de douleurs articulaires. Les sujets consommaient initialement un régime très restraint. De nouveaux aliments ont été introduits un à la fois, avec une surveillance accrue des symptômes. les céréales sont rapportés comme des aliments causant de fréquentes intolérances. En 1993, DR Richard Panush a noté que le point de vue proposant un simple régime équilibré comme recommandation pour les personnes souffrant de PR était en train d'évoluer, et a concédé que certains patients pouvaient être capable de lier une sensibilité alimentaire à leur symptômes. Les protocoles de régimes dans les études relatives à la PR incluent souvent une période de jeûne avant que le régime testé soit introduit. Ces jours de jeûne à 200KCa/j consistant à manger des fruits et des jus de fruits ont montré une amélioration à court terme des symptômes.

 

diète végétarienne

    La plus important étude relatant les effets d'un régime sur la PR a été conduit en Norvège. Les sujets du groupe d'expérience (n=27) ont été soumis à un jeûne, ne mangeant que des jus végétaux apportant 200 à 300 KCa/j durant 7 à 10 jours suivi par un régime végétarien qui excluait le gluten, les sucres raffinés, les citrons, l'alcool, le thé, le sel, les épices fortes et les conservateurs. Après 3 à 5 mois le groupe d'expérience a douvecement évolué vers un régime lactovégétarien pour le reste de l'étude durant une année. Ils ont réintroduit le lait, les autres produits laitiers, puis le gluten tous les 2 jours. Le groupe témoin (n=26) a consommé une alimentation variée et ordinaire. Les changements dans l'activité de la PR ont été mesuré au travers d'évaluations globales par l'ensemble des sujets et des scientifiques. Après 4 semaines, il y avait des améliorations significatives mesurées selon les critères de tension & gonflement des articulations, de douleur, de la période de raideur matinale, de la force de préhension, et de l'appéciation globale de la santé. Ces améliorations significatives ont été maintenues chez les sujets de l'expérience durant toute la durés de l'étude. le groupe du régime végétarien avait des taux plus bas de vitesse de sédimentation et de CRP (marqueurs de l'inflammation). Cela suggère que le régime végétarien influence positivement les marqueurs de l'inflammation et de l'activité de la maladie.

45 des 53 sujets de l'étude ont été ré-exxaminé et des comparaisons ont été faites entre ceux qui répondent au régime, les non-répondeurs, et les témoins qui avaient gardé une alimentation omnivore au départ à 2 année de l'introduction du régime végétarien. au suivi, tous ceux qui ont répondu au régime, et 50% de ceux qui n'y ont pas répondu suivaient une sorte de régime modifié, décrit tantôt comme le régime lacto-végétarien de l'étude, tantôt comme un régime omnivore excluant les aliments identifiés aggravant leurs symptômes. Les sucres raffinés, le café, les farines blanches et le lait ont été presque communémant exclus. Des améliorations significatives ont été observées chez les répondeurs au régime comparativement aux non-répondeurs et aux témoins omnivores. Des améliorations ont aussi été notées chez les non-répondeurs comparativement aux témoins. les chercheurs ont conclu que les patients souffrants de polyarthrite rhumatoïde tiraient bénéfices de changement alimentaires avec des améliorations durant au moins 2 ans.

    Ces chercheurs ont été critiqués pour différentes raisons. Il semble que les sujets n'aient pas été choisis de façon aléatoire, puisque qu'un grand nombre de sujets souffraient d'allergies alimentaires et que le ratio femme/homme est de 45/8. De plus, des anormalités intestinales pourraient avoir affecté la tolérance alimentaire.

    Plusieurs chercheurs ont étudié le rôle des bactéries intestinales dans l'activité de la PR. Les patients atteint de PR sont décrits comme possédant des taux plus élevés d'anticorps dirigés contre le proteus  mirabilis en comparaison avec des témoins sains ou des sujets ayant d'autres maladies. Les sujets de l'étude sur le régime végétarien avaient des taux moyens d'anticorps anti-proteus mirabilis  significativement plus bas avec la diminution de l'activité de la  maladie. Celà suggère que l'amélioration de la PR soit lié à l'effet du régime végétarien sur la présence dans l'intestin d'une bactérie comme le proteus mirabilis et sur la réponse du corps à une telle bactérie.

 

perte de poids

    puisque le surpoids augmente le stress des articulations, la perte de poids causée par les modifications  alimentaires a été suggérée comme possible explication de l'amélioration clinique montrée dans l'étude précedemment citée. L'amélioration des symtômes de PR a été associé dans l'étude de Sköldstam avec une perte substancielle de poids d'environ 6 à 13 livres. Toutefois, dans une autre étude portant sur des personnes atteintes de PR, des changelent de "l'indice de masse corporelle" dans le temps ne correspondaient pas aux changements dans l'activité de la maladie.

 

Effets des acides gras à longue chaine

    Plusieurs rapports concluent que des modifications alimentaires des apports en acides gras affectent bénéfiquement les maladies inflammatoires. Tout spécialement les types et les apports en acides gras dans le régime affectent le métabolisme des prostaglandines et un changement dans les concentrations de prostaglandines peut modifier la réponse immunitaire du corps. un régime riche en acides gras poly-insaturés et pauvre en graisses saturées avec un supplément quotidien en acide eicosapentaenoique permet la diminution de la raideur matinale et réduit la tension des articulations, avec un retour des symtômes à l'arrêt du régime. une supplémentation quotidienne avec 18g d'huile de poisson a aussi amené une amélioration dans la tension des articulation et dans la force de préhension en comparaison avec une supplémentation avec de l'huile d'olive. Comme l'a remarqué Davis, les végétariens peuvent augmenter leurs apports en oméga 3 en utilisant des graines de lin ou d'autres végétaux

 

autres faits marquant

    Plusieurs chercheurs ont rapportés que les patients atteints de polyarthhrite souffraient de carences en vitamines et avaient de maigres apports en nutriments, Il est courant pour les personnes atteintes de PR d'avoir des difficultées à cuisiner et à manger à cause de la douleur dans les articulations des mains. La diminution de la mobilité et l'obésité sont aussi des problèmes. Toutefois, des professionnels de la nutrition peuvent assiter les personnes avec PR en leur donnant des conseils sur une alimentation adéquate, la préparation de repas, et les techniques de contrôle du poids.

    On note aussi une mortalité cardiovasculaire supérieure chez les patients souffrant de PR. Des chercheurs ont rapporté que des taux élevés d'Homocystéine accompagnant la PR. Ceci a aussi été repéré chez ceux prennant du methotrexate, qui est connu pour affecter le métabolisme de l'acide folique (Vit. B9). puisque l'on sait qu'un régime végétarien est connu pour diminuer l'incidence des maladies cardiovasculaires, celà pourrait aider les personnes atteintes de polyarthrite. Très certainement, un régime riche en plantes et végétaux serait plus interessant pour les personnes ayant des taux élevés en homocystéine.

 

conclusion

    Les travaux des chercheurs ne sont pas tous unanime. Certains individus avec la polyarthrite pourront désirer changer leur alimentation vers un régime végétarien pour voir si celà améliore leurs symtômes. Ces patients pourront se diriger vers une diététicienne compétante pour s'assurer une alimentation apportant des quantités de nutriments adéquates et pour recevoir des suggestions pour des menus agréables et des techniques de cuisine. De même, des diétiticiennes profesionnelles sont indispensables pour les patients s'engageant dans la préparation de régimes d'exclusion. Finalement, suivre un régime végétarien semble avoir tellement de bénéfices pour la santé des personnes souffrant de polyarthrite qui l'adoptent et qui pourront bénéficier de bien plus qu'une amélioration des symtômes en agissant ainsi.

 
 

  ************
  source:  http://www.andrews.edu/NUFS/arthritis.html
  Kristine Duncan, diététicienne à l'Hôpital St Joseph, Oregon, USA
  enseignante en nutrition végétarienne

  traduction: Manu