Pubmed, ICI. Publication de Février 2006 au J clinic rheumatology

The Potential Use of Antibacterial Peptide Antibody Indices in the Diagnosis of Rheumatoid Arthritis and Ankylosing Spondylitis.

Traduction:               

L'utilisation potentielle d'indice d'anticorps anti bactériens dans le diagnostic de la Polyarthrite Rhumatoïde ou de la Spondylarthrite Ankylosante    

Rashid T, Ebringer A, Wilson C, Bansal S, Paimela L, Binder A.

From the *Division of Health and Life Sciences and the double daggerDepartment of Pharmacy, King's College London, U.K.; the daggerDepartment of Rheumatology, University College Medical School, Middlesex Hospital, London, U.K.; section signOrton Hospital, Helsinki, Finland; and the parallelDepartment of Rheumatology, Lister Hospital, Stevenage, U.K.

Prérequis: La polyarthrite Rhumatoïde (PR) ou la Spondylarthrite Ankylosante (SPA) sont 2 maladies rhumatismales potentiellement invalidantes pour lesquelles il n'existe toujour pas de tests diagnostics fiables et sensibles.

   

OBJECTIFS: l'objectif de cette étude est d'évaluer les taux d'anticorps envers les germes  et Proteus MirabilisKlebsiella Pneumoniae dans l'objectif de développer des tests diagnostics pour identifier les maladies PR et SPA respectivement.

   

METHODE: des prélèvements sanguins provenant de 50 patients diagnostiqués PR, 34 diagnostiqués SPA et 38 sujets non malades ont été testé à la recherche d'anticorps dirigés contre des séquences peptidiques "ESRRAL" et "IRRET" provenant des protéines "hémolysine" et "uréase" (HU) du germe Proteus Mirabilis, puis dirigés contre les séquences peptidiques "QTDRED" et "DRED" provenant des protéines "nitrogénase" et "pullulanase" (NP) du germe Klebsiella Pneumoniae. La multiplication des 2 anticorps dirigés contre chaque bactérieproduit les indices suivants: PR-HU et SPA-NP.

RESULTATS:    

- Les patients PR présentent des taux d'anticorps anti-HU significativement plus élevés quand on les compare avec les patients SPA ou les témoins non malades.
- Chez les patients SPA, on retrouve des taux d'anticorps anti-NP significativement élevés quand on les compare avec les patients PR ou les témoins sains.
-De plus, tous les patie
nts PR montrent des indices d'anticorps anti-HU (PR-HU)supérieurs aux 95% de la limite de confiance de la moyenne des sujets témoins, tandis que pour tous les patients SPA, les indices des taux d'anticorps anti-NP (SPA-NP) sont supérieurs aux 95% de la limite de confiance des sujets sains.

   

[[comprendre: la sensibilité est de 100%: tous les malades SPA ou PR sont "positifs" respectivement aux tests PR-HU ou SPA-NP]]

   

-Toutefois, la spécificité de l'indice PR-HU est de 92%, celle de l'indice SPA-NP est de 95%

   

[[comprendre: il y a quelques "faux positifs": des sujets sains sont reconnus positifs: 8% dans le test PR et 5% dans le test SPA]]

   

CONCLUSION: L'utilisations d'indices diagnostics PR-HU et SPA-NP comme marqueur isolé ou en combinaison avec d'autres marqueurs d'anticorps peut être utilisé pour identifier les pathologies SPA et PR respectivement. Des études longitudinales commençant un suivi avec des malades débutant leur maladie seront nécessaires.


Voilà donc un test diagnostic qui en dit long sur l'implications des germes intestinaux (flore normale) et urinaires (infection urinaire à Proteus mirabilis dans la PR) dans les 2 grandes pathologies rhumatismales: Polyarthrite Rhumatoïde et Spondylarthrite Ankylosante.