source : PUBMED, Acta Clin Belg. 1996;51(5):340-9.


Le rôle de l'inflammation intestinale dans la pathogénie des spondylarthropathies

Mielants H, De Vos M, Cuvelier C, Veys EM.

Afdeling Reumatologie, Universitair Ziekenhuis, Gent, Belgique.

Le concept de Spondyalthropathies (SpA) regroupe un ensemble de maladies chroniques avec des similitudes cliniques, biologiques, génétiques et des traitements caractéristiques. Ce concept forme une entité distincte des autres maladies rhumatologiques. Les organes cibles ne sont pas seulement les articulations, mais aussi le squelette axiale, les enthèses, l'oeuil, l'intestin, les voies urinaires, la peau et parfois le coeur. La prévalence de cette entité dans la population générale est estimée à 1%, donc égale à la prévalence de la polyarthrite rhumatoïde.
La prédisposition génétique (HLA-B27) est un indice pour expliquer le mécanisme pathogène de la maladie. Puisque l'arthrite réactionnelle est induite par infection bactérienne spécifique au niveau des voies urinaires ou de l'intestin, et puisque l'intestin est impliqué dans différentes formes de spondylarthropathies, tout spécialement dans les maladies inflammatoires de l'intestin, il semble clair que l'intestin puisse jouer un rôle en perméttant à des facteurs extérieurs d'entrer dans l'organisme.
   Cette hypothèse a été la raison nécessaire pour effectuer des iléo-coloscopies. dans les premières  études sur les iléo-coloscopies dans la SPA, des signes hystologiques d'inflammation ont été retrouvées chez un nombre relativement grand de patients, presque toujours sans symtomes intestinale associés.
Ces lésions ne sont pas observées dans d'autres maladies inflammatoires des articulations.

Les études coloscopiques suivantes ont confirmé la forte relation qui lie l'inflammation intestinale et l'inflammation articulaire Pour les patients chez qui une seconde coloscopie fut effectué, la rémission de l'inflammation articulaire etait toujours associée à une disparition de l'inflammation intestinale, tandis que la persistance de l'inflammation articulaire était très fréquemment associée à la persistance de l'inflammation intestinale.
   Une hypothèse a été proposée: certains patients souffrant de spondylarthropathies auraient une forme atténuée de la maladie de Crohn dans laquelle l'inflammation articulaire serait le seule symtome clinique observé.
Cette hypothèse a été confirmé dans une étude prospective de long terme dans laquelle les patients ayant subi une coloscopie ont été suivi durant les 2 à 9 années suivantes: environ 6% des patients SPA qui ne présentaient aucun signe de maladie de Crohn au premier examen mais présentaient des signes d'inflammation intestinale à la biopsie ont développé une maladie de Crohn complète.
La découverte d'une inflammation intestinale non symtomatique dans la SPA a eu des conséquences thérapeutiques. La SALAZOPYRINE° (sulfasalazine) est connue pour être un médicament actif sur les maladies inflammatoires de l'intestin. Comme l'intestin pourrait jouer un rôle crucial dans la SPA, il était logique d'utiliser ce médicament dans cette maladie. Plusieurs études ouverte et en double-aveugles ont montré l'efficacité de ce traitement dans la SPA, des études récentes ont montré que l'effet positif de ce médicament est plus prononcé dans les formes périphériques de la SPA que dans les formes axiales.